top of page
  • Photo du rédacteurhermesangye

Compassion plutôt qu’empathie !

Avec 30 000 heures de méditation réalisées au cours de ma vie, le Centre de Recherches en Neurosciences de l’Inserm de Lyon me propose en 2018, de participer à leurs recherches sur les bienfaits de la méditation.


Je passe alors 6 jours dans les services d’Antoine Lutz, ce neuroscientifique français qui a participé aux premières recherches sur le cerveau de moines bouddhistes tel que mon ami Matthieu Ricard.


Afin de tester ma résistance à la douleur physique et émotionnelle, mes comportements, réactions, perceptions et émotions… Plus de 15 expériences sont réalisées sur moi, certaines plus agréables que d’autres… Et les différentes zones de mon cerveau sont analysées sous toutes les coutures !


Jamais mon cerveau et mon esprit n’ont été autant sollicités, tiraillés, alliés, solidaires, unis, proches ou complémentaires pour répondre à toutes les sollicitations et pièges envoyés par les machines.


Et malgré l’enchaînement des expériences, la fatigue et les conditions de méditation assez particulières, les résultats sont sans appel !


L’état méditatif a réellement modifié ma perception de la douleur, réduit le stress, atténué la souffrance physique et psychologique (provoquée volontairement pour les besoins des expériences) et développé compassion, amour, bienveillance, présence attentive... mais aussi augmenté ma capacité de concentration pour ne citer que cela…


Ces résultats permettront de proposer de la méditation aux soignants, aux aidants, aux accompagnants, au personnel hospitalier… mais surtout une méditation qui développe de la compassion plutôt que de l’empathie ! La nuance est fine mais les résultats sont passionnants et si différents…




17 vues0 commentaire

Comments


bottom of page